Devenir Commissaire aux comptes

Devenir Commissaire aux comptes

Le titre de CAC (Commissaire aux comptes) s’obtient à la suite d’un stage professionnel de 3 ans qui doit impérativement être effectué auprès d’un CAC habilité.

Le parcours de formation pour accéder au Commissariat aux comptes

Pour pouvoir prétendre à ce stage, l’étudiant doit impérativement être titulaire d’un Master 2 des filières des métiers du chiffre : Comptabilité, gestion et finance. Décerné par l’Université ou en école de Commerce , ce type de diplôme lui assurent un niveau de connaissances approfondi qui lui permettront d’appréhender la fonction de CAC dans les meilleures conditions, appuyé sur de solides compétences de spécialiste.

Les titulaires de Master 2 dans une autre filière, peuvent également avoir accès à un parcours de formation menant à la fonction de CAC à une condition : qu’ils valident préalablement le Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Commissaire aux Comptes.

Seuls les titulaires du DEC (Diplôme d’Expertise Comptable) bénéficient d’une durée de formation réduite à 2 ans de stage, ils représentent 95% des commissaires aux comptes.

Après le DEC (Diplôme d’Expertise Comptable) : 2 ans de stage auprès d’un CAC habilité.

Après un Master 2 en comptabilité, contrôle de gestion, finance : 3 ans de stage auprès d’un CAC habilité.

Après un un Master 2 issu d’une autre filière : validation du CAFCAC (Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Commissaire aux Comptes) suivi de 3 ans de stage auprès d’un CAC habilité.

Pour aller plus loin : KPMG et Paris School of Business mettent en place un partenariat d’envergure

Le métier de Commissaire aux comptes

La fonction du CAC étant d’ordre légal, ses qualités premières seront la rigueur, la précision et la discipline. Il a également un goût prononcé pour les chiffres et leur analyse poussée ainsi que pour la mise en relation et en concordance des différents pans de la gestion d’entreprise. Le CAC maîtrise également parfaitement les logiciels de comptabilité.

De nombreuses dimensions sont prises en compte par le CAC pour la réalisation de ses études et audits. Il est donc nécessaire de montrer un attrait certain pour les aspects financiers et bien évidemment juridiques des entreprises qui constituent une part importante des éléments d’analyse. Amené à fréquenter les chefs d’entreprise, le CAC doit posséder un bon sens du contact doublé de qualité d’écoute. Il a également une bonne culture générale, et maîtrise la question de la Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE).

Cette fonction exige également une actualisation régulière en terme légal. Le CAC doit se former en permanence afin de s’adapter aux nouvelles normes et règles de déontologie de l’Ordre des Commissaires aux Comptes. L’intégrité est donc une des caractéristiques sine qua non du CAC.

Les missions du Commissaire aux comptes

  • Vérifier que les comptes reflètent bien les opérations effectuées durant l’année et qu’ils obéissent aux règles comptables ;
  • Contrôler la sincérité des informations adressées aux actionnaires ou publiées ;
  • Certifier les comptes annuels ou assortir sa certification de réserves ;
  • Révéler au conseil d’administration et à l’assemblée générale des actionnaires les irrégularités découvertes ;(fausses factures, détournement de fonds et, le cas échéant, alerter le procureur de la République.) 

Le CAC est le dernier acteur, et de ce fait la dernière étape, du contrôle des comptes de l’entreprise. Il effectue sa vérification comptable par le biais d’un audit légal, sur les comptes annuels de l’entreprise. Ces comptes ont été, au préalable et de manière obligatoire, attestés par l’Expert-Comptable auprès de l’administration fiscale.

L’intervention et la nomination d’un commissaire aux comptes est obligatoire lorsque l’entreprise réunit deux de ces trois critères : elle présente un bilan total (somme de tous les actifs) de 2 Millions d’euros ou plus, elle réalise un chiffre d’affaires (Hors Taxes) de 4 Millions d’euros ou plus, elle emploie 25 salariés ou plus.

Marché de l’emploi et opportunités professionnelles du CAC

Le CAC contrôle et certifie les comptes d’entreprises, de fondations, d'organismes publics, de syndicats. Pour ce faire il procède à un audit complet ainsi qu’à diverses actions d’investigation. Ce travail légal demande une indépendance totale vis à vis de la structure auditée, le CAC est donc un indépendant. Il s’agit en effet d’une profession réglementée qui peut avoir différents statuts : salarié de cabinet, associé ou dirigeant. 

Les fourchettes de rémunération débutent à 2500 euros et sont comprises entre 3 000 et 5000 euros pour les CAC expérimentés. Les revenus des associés et dirigeants dépendent de leur activité, les tarifs pratiqués par les cabinets de Commissariat aux comptes étant réglementés.

0%