Vers l'automatisation du métier de comptable

Vers l'automatisation du métier de comptable
Vers l'automatisation du métier de comptable
Portes
Ouvertes
PARIS
18.10
18H00 - 20H00

L'avenir nous réserve probablement beaucoup de surprises et deux chercheurs de l'Université d'Oxford se sont amusés à lister 702 métiers susceptibles d'être remplacés... par des robots.

 

 

Arrive en 2ème position avec un score de 94% : le comptable pour les métiers qui ont une plus forte chance d'être robotisés : résultat très étonnant !

 

L'automatisation des métiers administratifs, comptables et de gestion par l'utilisation de processus robotisés, grâce à l'intelligence artificielle, fait l’objet de beaucoup de spéculations depuis l'étude d'Oxford publiée l'an dernier dans The Economist : la profession comptable, dans son acception la plus large, est la deuxième la plus susceptible d'être affectée, avec une probabilité de 94 %. Un autre article du Financial Times a expliqué comment Shell et Baker Hughes déployaient un « agent intelligent nommée Amelia pour faire le travail des comptables et opérateurs des centres d'appel. Il s’agit de signes tangibles que l’emploi des cols blancs pourrait être menacé par la montée de machines intelligentes.La profession de comptable libéral ou en entreprise est-elle sur une trajectoire de collision avec ces technologies de rupture ? L'avenir des professions comptables, telles que nous les connaissons aujourd'hui, est-il sombre ou lumineux ?

 

 

En qualité de professionnel de la comptabilité, je suis fasciné par ce que l'avenir réserve à cette profession.Dans un récent livre blanc de l’ACCA, Digital Darwinism: Thriving In The Face Of Technology Change, les auteurs font des prédictions très perspicaces sur le rôle de la technologie en comptabilité. Le chapitre sur l'intelligence artificielle (IA) et la robotisation offre une vue intéressante du rôle potentiel que l’automatisation des processus peut jouer dans l'amélioration des systèmes, dans la réduction des coûts et dans l’augmentation de la précision du traitement des données. En tant que responsable du Master CCA de PSB Paris School of Business, je suis fasciné par ce que l'avenir réserve à ce métier.Bien loin d'envisager un monde où les robots pourraient reprendre de manière crédible le rôle complexe et intuitif du professionnel comptable, je crois néanmoins que des logiciels-robots, ou l’automatisation de processus robotisés (APR), sont en effet capables de gérer les tâches manuelles d'une manière très efficace. Ces robots logiciels ne sont pas assis derrière un bureau, mais travaillent en coulisses et allègent le fardeau des tâches mensuelles courantes, telles que la collecte de données, les rapprochements, les écritures comptables même complexes, la vérification de la conformité ou encore la gestion de bases de données, ....

 

 

Une fois « formés », ils suivent fidèlement les processus avec précision et fiabilité jusqu’à ce qu’on leur dise d'arrêter. Ils peuvent travailler 24/7 ou sauter des pauses-repas. Ils ne démissionnent jamais, et on peut en paramétrer beaucoup aussi vite que vous pouvez dire « copier/coller ». Des millions de bits de données peuvent être traitées, analysées et calculées plus rapidement et efficacement par une poignée de comptables numériques que par des dizaines (voire centaines) d'assistants subalternes.

Une tendance inévitable !

 

Le fait que les robots puissent accéder à plusieurs systèmes à la fois et faire des calculs complexes signifie que tant que le processus peut être documenté et que les données sont numériques, le logiciel peut faire le travail. Le monde de la comptabilité est bien aidé par la mise en œuvre de très bons ERP et des logiciels de comptabilité et de gestion qui ont automatisé de nombreuses tâches comptables et ont créé une valeur ajoutée considérable au cours des 20 dernières années.

 

 

Cependant, il y a toujours un très grand nombre de personnel comptable et, certains diront, plus encore qu'avant l'avènement des systèmes ERP. Ces postes de collaborateurs sont la cible des assistants robots.Alors, comment tirer parti de cette tendance ? C'est une question sérieuse, car l'automatisation de la comptabilité est inévitable, et avoir un plan de bataille est crucial.Sachant cela, les métiers vont changer ! L’automatisation numérique du travail va prendre en charge les tâches les plus « lourdes » de sorte que les comptables peuvent se concentrer sur le travail de plus grande valeur ajoutée, qui tire le meilleur parti de leurs expériences et connaissances. Cela permet également de créer plus de taches épanouissantes pour le personnel subalterne car ils peuvent se concentrer sur l'analyse plutôt que sur les processus. Selon des estimations – certes anglo-saxonnes – prudentes, la plupart des structures de comptables pratiquant en libéral ou en entreprise seront concernées au cours des cinq prochaines années.

 

Les robots peuvent intervenir comme assistants des équipes comptables, en les rendant beaucoup plus efficaces. Ils peuvent également prendre en charge des tâches entières et travailler indépendamment « dans le fond ». Par exemple, il est possible pour les robots de gérer les rapprochements bancaires en temps réel et approfondir ensuite certaines questions complexes se présentant à un collègue humain. Comme certains l'ont prévu, le robot peut alors apprendre à résoudre seul ce problème la prochaine fois, qu'il se posera.

Domaines d'opportunités

Une fois le principe de la robotisation de taches admis, on ne doit pas chercher bien loin pour trouver des domaines mûrs pour l'automatisation. Tout d'abord, recherchez ceux où les interfaces avec les systèmes de gestion sont soit inexistantes, soit partiellement mises en œuvre. C'est le nirvana de la robotisation ! Les robots sont très efficaces pour finaliser des intégrations très rapidement, à moindre coût et souvent plus fiables que les interfaces avec les systèmes existants. Par exemple, la collecte, la synthèse, et la publication de données sur les ventes, sur les commandes, sur les engagements, etc…

 

Ensuite, il y a une demande toujours croissante pour les analyses et les rapports d'information à valeur ajoutée pour l'entreprise. Les robots peuvent accéder rapidement aux données de plusieurs systèmes de comptabilité et de gestion et présenter les résultats et des idées à un collègue humain. Pour le moment, les robots ne sont pas capables d’interpréter les résultats de l'analyse dans le contexte d'une entreprise ou d'une industrie spécifique. Cependant, ce n'est qu'une question de temps pour que des fonctions complexes soient automatisées – grâce au développement de logiciels d'intelligence artificielle, ce qui constitue actuellement l’un des axes de recherche le plus important en termes de croissance de R&D.

 

 

Les coûts

Pour le comptable, il est important de calculer les coûts d’une telle révolution – et vérifier que ce n'est pas juste une question de mode. Eh bien, ce travail a été fait et aujourd'hui, toutes les tâches décrites ci-dessus peuvent être réalisées à une fraction du coût d’un employé humain. Un robot logiciel peut coûter un petit pourcentage d'un ETP et pourtant effectuer les tâches de plusieurs êtres humains, travailler de longues heures et le faire avec des résultats beaucoup plus cohérents. Ils peuvent aussi le faire dans un format homogène et vérifiable. Évidemment, la mise en œuvre d'un robot numérique n'est pas simple et nécessite du temps.

 

Cependant, en tenant compte de l'investissement initial et du temps nécessaire pour mettre en œuvre une telle automatisation, il n’est pas rare de voir atteint le seuil de rentabilité en un an avec un retour sur investissement x 3-4 sur une période de trois ans.Avec une telle étude de rentabilité, la marche des robots est inévitable. La question n’est pas « si », mais « quand » vous devrez prendre conscience du potentiel de la robotisation et de l’intelligence artificielle dans le cadre de vos métiers comptabilité/gestion/finances. De nombreux groupes et cabinets y allouent dès 2015 des budgets spécifiques pour développer leurs connaissances et leurs capacités autour de ces nouvelles technologies. Pour les années à venir, le potentiel, est significatif, et pas seulement dans les domaines comptabilité/gestion/finance.

 

Les projets de robotisation et d’intelligence artificielle sont vraiment « transformationnels », mais sans avoir à recourir aux restructurations profondes qui ont accompagné la mise en place des systèmes ERP du passé.Les robots arrivent ! La valeur qu'ils apportent est réelle et ils donnent un avantage compétitif significatif. Alors faites de 2015 l'année du robot et commencez à investir dans l'avenir de votre profession et de votre entreprise. C’est pourquoi d’ailleurs nos étudiants, ici à la PSB, sont formés dans cette perspective. Nous savons qu’il est impérieux que vos futurs collaborateurs soient connaisseurs des usages qui résultent de cette transformation de nos métiers…

 

 

Master Comptabilité Conseil Audit