Australian Catholic University : le témoignage de Charlotte Morvan

News
Australian Catholic University : le témoignage de Charlotte Morvan

LA VILLE : Melbourne est une très jolie ville avec ses maisons typiques qui côtoient des buildings très modernes lui conférant énormément de charme. La vie à Melbourne est très agréable avec beaucoup de parcs, d'espaces verts, de cafés, restaurants. Contrairement aux EU, ne pas avoir son permis de conduire n'est pas du tout préjudiciable, les transports en commun étant très bien développés. Le coût de la vie est légèrement plus élevé qu'en France mais cela reste globalement proche du cout de la vie à Paris. Melbourne est une cité très cosmopolite et toute la diversité des origines est présente : Chinois et asiatiques au sens large, indiens, pakistanais, malaysiens, sri lankais, américains et européens vivent dans une harmonie très ouverte, très tolérante et respectueuse de la différence. Selon the Economics la meilleure ville du monde à vivre !

Mon astuce : se renseigner dès l’arrivée sur la carte de transports en commun ! Profiter de la proximité avec la mer.

Les différences avec Paris ? : Ville étudiante avant tout, il est donc très facile de lier connaissance. Les habitants sont très sympathiques et il est assez facile de s’adapter.

L’UNIVERSITE : Les locaux sont exceptionnels et il est vraiment très agréable d’étudier et d’évoluer à ACU : salles de cours, amphithéâtres, espaces de vie, cafétéria des étudiants, boutiques de fournitures last minutes, bibliothèque ...

LES COURS : Il nous avait été indiqué lors des réunions que les méthodes de travail et d'enseignement à l'étranger diffèrent de nos pratiques françaises : le format de l’enseignement, l'approche des cours et des professeurs, le travail et l'investissement attendu des étudiants, la répartition et l'organisation du travail. L'université ACU s'inscrit parfaitement dans les propos tenus à PSB : peu de cours mais beaucoup de travail personnel en termes de rédaction et de réflexion, de recherches bibliographiques pour chercher pour illustrer les sujets d'essais et les rédactions en rapport avec les sujets d’essais. Les professeurs sont assez disponibles pour répondre aux questions complémentaires parfois inévitables pour un non natif, pour bien cerner l’angle à adopter pour traiter un sujet ; et c’est très appréciable lorsque c’est le cas, de pouvoir échanger avec eux.

Les cours sont parfois la scène pour des débats entre étudiants davantage que des enseignements magistraux et académiques.

A ACU les cours sont parfois très éloignés des sujets à traiter dans les essais à l’écrit et apportent peu de matière. Ils nécessitent donc un gros investissement de réflexion, de travail personnel et de recherche pour poser et alimenter la problématique, l’argumenter et l’illustrer. La culture cosmopolite australienne et l’esprit de ACU s’en ressent énormément tant dans les cours dispensés que dans les devoirs à rendre. Une approche basée sur la diversité et la tolérance vis à vis de la différence est perceptible dans tous les sujets à traiter à l’écrit, quelle que soit la matière.

LES + :

Accueil / écoute des professeurs / système pédagogique / ouverture d’esprit 

 

LES - :

Campus de 20 000 étudiants 

MON CONSEIL : Travailler au fur et à mesure et ne pas négliger l’investissement personnel au risque d’être dépassé en fin de semestre.

CE QUE J’AI LE PLUS APPRECIE : L’ouverture d’esprit et les méthodes de travail motivantes.

  

0%